Connexion  \/ 
x
ou
x
x
x

Soutien à l'emploi du plateau artistique de spectacles vivants diffusés dans des salles de moins de 300 places

Fonpeps

Vous trouverez pdf ci-joint le décret instituant un dispositif de soutien à l'emploi du plateau artistique de spectacles vivants diffusés dans des salles de petite jauge (59 KB) .

Cette aide doit aider les employeurs du plateau artistique qui jouent dans des salles de moins de 300 places.

Cette aide est réservée au entreprises dont le CA ou le bilan annuel n'excede pas 1 millions d'€uros. Les dates à l'étranger et en France sont éligibles.

  • Le spectacle doit être créé depuis au moins 12 mois à la date de représentation.
  • Il faut appliquer une convention collective du spectacle vivant.
  • Il faut être titulaire d'une licence d'entrepreneur de spectacle.
  • Le montant du cachet doit être au minimum de 30 x 3,57 €, soit 107,10 € (à noter que dans tous les cas, le montant du cachet doit être conforme à la convention collective)
  • Si la rémunération est mensualisée, cette rémunération doit être au minimum de 630 x 3,57 € = 2 249,10 € bruts.
  • Le plateau artistique comprend les artistes du spectacle et le personnel technique attaché directement à la production d'un spectacle vivant.

Sur la petite jauge :

  • Constituent des salles de petite jauge, les lieux dont la jauge, définie comme l'effectif maximal du public qu'il est possible d'admettre dans un établissement, est inférieure à 300 personnes.

Montant de l'aide :

  • Plafond de l'aide par entreprise : 200 000 € sur 3 ans et 42 représentations maximum (tous spectacles confondus) ;
  • si un ou 2 artistes au plateau: 37,48 € / artiste et / représentation (+ 37,48 € si il y a 1 technicien) ;
  • si 3 artistes au plateau: 48,19 € / artiste et / représentation (+ 48,19 € si il y a 1 technicien) ;
  • si 4 artistes au plateau: 58,90 € / artiste et / représentation (+ 58,90 € si il y a 1 technicien) ;
  • si 5 artistes au plateau: 69,61 € / artiste et / représentation (+ 69,61 € si il y a 1 technicien) ;
  • si 6 artistes au plateau ou +: 80,32 € / artiste et / représentation (+ 80,32 € si il y a 1 technicien)

Pour le moment, je n'ai pas trouvé le formulaire sur le site de l'ASP.
Nous vous tiendrons informés dès que ce sera disponible.

Nous esperons que cette aide permettra à certains d'entre vous de retrouver des marges.
Nous vous remercions de nous tenir informé des éventuelles difficultés à appliquer ce dispositif, des éventuelles négociations avec des programmateurs qui essaieraient indirectement de profiter de ces aides (en vous demandant de les prendre en compte dans le coût de cession par exemple), mais aussi de ce que ce dispositif peut vous apporter.

Non, le coût plateau n'est pas le prix de cession !

Ce texte est une republication d’une tribune écrite et publiée en 2012 et qui reste, malheureusement d’actualité.


Depuis plusieurs mois, des compagnies, de plus en plus nombreuses, nous contactent pour nous faire part des difficultés qu'elles rencontrent dans leurs échanges avec les lieux de diffusion. De plus en plus fréquemment, au cours de la négociation sur les conditions d'achat du spectacle, le coût plateau est avancé pour faire baisser les prix.

Parfois interprété abusivement comme le coût du spectacle en exploitation, le coût plateau (salaires des interprètes et des techniciens en tournée et éventuels consommables) ne peut en aucun cas être assimilé à un prix de cession. Il existe de nombreux autres coûts dans une compagnie qui doivent également être couverts : l'amortissement du spectacle bien entendu, mais également les frais inhérents à la gestion d'une entreprise productrice de spectacle : salaire des administratifs, du/de la chargé(e) de diffusion, du temps de travail du/des directeurs artistiques... En outre, parce qu'une compagnie porte aussi un projet entrepreneurial, une fois tous ces coûts pris en compte, une marge vient s'ajouter afin de pouvoir financer les futures productions, remplacer le matériel, développer des projets...

Etre une compagnie, c'est en premier lieu défendre un projet artistique ; mais c'est également gérer une entreprise au quotidien et construire un projet qui s'inscrive dans le temps. Etre professionnel du spectacle vivant, c'est vivre de son métier.

Au Syndicat du Cirque de Création, nous affirmons qu'une autre économie que celle du profit est possible. Pour autant, nos salariés doivent vivre décemment de leurs métiers et nos compagnies disposer de capacités économiques leur permettant d'assumer leurs responsabilités et de se développer.

Lire la suite

Non, le coût plateau n'est pas le prix de cession !

Des compagnies, de plus en plus nombreuses, nous contactent pour nous faire part des difficultés qu'elles rencontrent dans leurs échanges avec les lieux de diffusion. De plus en plus fréquemment, au cours de la négociation sur les conditions d'achat du spectacle, le coût plateau est avancé pour faire baisser les prix. Parfois interprété abusivement...
Lire la suite