Connexion  \/ 
x
ou
x
x
x

Présentation de l'Observatoire du Cirque

1. Présentation générale du projet Observatoire du Cirque

Depuis de nombreuses années, le Syndicat du Cirque de Création (SCC) fait le constat de la pauvreté des données sur les compagnies de cirque de création, et d’une manière générale sur le secteur cirque.

Un certain nombre de rumeurs et d’impressions parcours la profession : baisse du nombre d’artistes sur les plateaux, hausses des coûts de productions, paupérisation des équipes artistiques,  difficultés à la diffusion, stagnation voire régression des coûts de cession… mais aucune donnée convenable ne vient étayer ces impressions.

Pour la principale organisation professionnelle des producteurs de spectacles de cirque de création, cette situation est intolérable : comment développer les politiques publiques, défendre des intérêts collectifs et faire des propositions pour le développement du secteur alors que l’on se connaît si peu ?

Par ailleurs, le SCC s’oriente depuis 2009 vers un meilleur soutien de ses adhérents, par une aide plus appuyée à leur structuration d’une part et d’autre part des développement d’actions et de projets en lien avec des réalités de terrain vécues au jour le jour par les compagnies.

Partant de ces constats, le SCC a évalué les différentes possibilités de résoudre ces problèmes de méconnaissance du secteur, en privilégiant deux pistes : la sollicitation du Centre de Ressources du secteur – HorsLesMurs – ou la mise en place d’une démarche d’Observation Participative et Partagée, similaire à celle engagée par la Fédurok en 2000.

Le choix s’est porté sur le développement de l’Observation Participative et Partagée et donc la mise en place d’un Observatoire du Cirque ; parce que le lien du Syndicat du Cirque de Création aux compagnies est très fort et qu’il apparait que notre organisation est la plus à même de disposer de la confiance des entreprises du secteur pour mener ce travail à bien de façon continue.

Ainsi, le projet Observatoire du Cirque repose sur trois axes :

  • Une démarche coconstruite avec les acteurs de terrain : l'Observation Participative et Partagée ;
  • Un outil développé par le SCC : l’Observatoire du Cirque (entièrement sous logiciels libres) ;
  • Un accompagnement de terrain ; le Tour de France.

2. L’observation : une démarche co-construite avec les compagnies

Le but premier du déploiement d''un Observatoire du Cirque est d'apporter aux compagnies un outil d'analyse de leur situation économique et sociale au sein de leur secteur d'activité.

Grâce à l'utilisation d'un outil informatique performant, ces données permettront également d'apporter au SCC des outils d'analyses économiques, sociaux et de développement pour l'ensemble du secteur cirque.

L'individuel au service du collectif

Grâce aux renseignements fournis par nos adhérents, nos partenaires et notre permanence (qui fait une veille sur les données publiques), nous alimentons une base  de données qui nous permettra à terme de développer notre connaissance du secteur.

Par exemple, la rapport entre les subventions perçues et le chiffre d'affaire généré ; ou la répartition géographique des compagnies sur le territoire ou encore le nombre et la typologie des salariés concernés par votre activité.

Ainsi, chaque adhérent participe d'une construction collective permettant d'appuyer des revendications du secteur et à la principale force professionnelle du Cirque de Création d'être un interlocuteur de qualité pour ses différents partenaires.

Le Collectif au service de l'individuel

Parce que nous sommes un regroupement de compagnies, nous avons une vision très pragmatique et souhaitons participer activement à la structuration et au développement de nos adhérents. Ainsi, cet outil d'observation a pour mission d'être un outil utile dans le quotidien d'une compagnie de cirque.

La compilation des données et leur restitution par des moyens automatisés permettra à chaque participant de disposer d'éléments lui permettant de se situer dans le contexte économique et social du cirque.

D'ici fin 2011, nous devrons pouvoir fournir un outil permettant à chaque entreprise de se situer parmi des compagnies connaissant des situations analogues ; par ex. si elle possède un chapiteau, nous fournirons des données comparatives sur l'ensemble de nos compagnies avec chapiteau, si elle est conventionnée avec l'Etat ou sa région, si vous elle a au moins un emploi permanent...

L'objectif est clairement de fournir un Bilan Annuel automatisé qui permettra de retrouver des éléments de votre l'évolution de la compagnie (évolution du CA sur les 5 dernières années, de l'emploi salarié...) et des éléments vous permettant de situer ce développement dans le secteur.

2.1. L’observation participative et partagée : démarche et principes

La démarche de l’observation participative et partagée (OPP) a été développée il y a une dizaine d’années par la Fédurok. Nous nous basons fortement sur ce travail et cette expérience qui a été la base d'une évolution forte du secteur des Musiques Actuelles et la genèse d'une relation forte entre une organisation et son secteur . 

L’OPP est  un processus de production collective de connaissances par les participants au projet. Ces derniers s’engagent volontairement dans le processus, en gardant la responsabilité et la maitrise des informations qu’ils produisent sur eux-mêmes.

Les principes fondamentaux :

  • >Pleine maîtrise de l’information

Les acteurs de terrain (dans un premier temps les adhérents du SCC, puis plus largement – cf. paragraphe ‘3-3 Développement de l’Observatoire’) sont entièrement responsables de la gestion et de la maîtrise de l’information qu’ils produisent. Cela signifie que l’entrée des participants dans le processus est un engagement volontaire, tant pour l’entrée dans le processus d’observation que dans la transmission des données au syndicat.

  • Construction collective des outils et des analyses

Les éléments de l'Observation et les différents critères observés sont discutés et fixés collectivement. L'outil d'observation, géré directement par le SCC, permet une adaptation constante des éléments observés en fonction des besoins indiqués par les compagnies et les différents recoupements d'informations individuelles ou collectives sont définis en continu en concertation avec les acteurs.

  • Perspective collective

L’observation participative et partagée permet à chaque compagnie participante de se situer par rapport aux autres en donnant des éléments de comparaison d’un point de vue collectif, à partir d’agrégation non nominative de données territoriales, économiques, structurelles…

  • Une méthode qui repose sur la participation

Les participants à l’enquête sont associés à tous les stades de développement du projet, de sa conception à la production des résultats. Ainsi, chaque participant est à la fois « bâtisseur » de la méthode puisqu’associé à chaque phase, « contributeur » par la production d’information mais aussi la participation à l’analyse collective et « utilisateur » par la consultation des informations le concernant et la consultation des restitutions statistiques et des analyses produites.

Cadre déontologique :

Les règles du jeu sont explicites et connues de tous avant le démarrage du projet et notamment :

  • Les données nominatives ne sont pas partagées par l’équipe permanente du syndicat avec qui que ce soit en interne ou en externe. L’éventuel partage de données n’est possible qu’à l’initiative de la structure concernée, et doit faire l’objet d’une autorisation expresse de ladite structure.
  • Les analyses et agrégations statistiques de données ne sont transmissibles que d’une manière anonyme et ne peuvent être transmises qu’à partir du moment où elles concernent 5 structures au minimum.
  • Une charte de l’Observation Participative et Partagée fixant les règles liées au bon déroulement et à l’usage de l’Observation Participative et Partagée est proposée par le SCC aux participants. Cette charte précise les conditions d'exploitation des données et les conditions d’échanges transversaux d’informations récoltées avec d’autres partenaires institutionnels ou professionnels.

3. Un outil développé par le SCC : l’Observatoire du Cirque

Profitant de compétences en interne, le Syndicat du Cirque de Création a fait le choix d’utiliser des logiciels libre (Joomla et SQL principalement) afin d’assurer la pérennité de son développement et surtout d'assurer l'interopérabilité de l'outil (l'ensemble des données peuvent être exportées selon différents formats permettant le traitement des données sous d'autre logiciel : sous format tableur (excel) et autres formats utilisés par d'autres outils d'enquêtes statistiques).

Mais au-delà des détails techniques, l’objectif premier de cet Observatoire du Cirque est de permettre de profiter de croisements d’informations, à la fois pour être un outil d’observation participative et partagée puissant, mais également pour apporter des outils concrets aux participants à l’O.P.P.

3.1. Outil de questionnaire

Les questionnaires sont réalisés sur la base du Tronc Commun développé par un groupe informel (Opale, Ufisc, Fédurok, CNV, Réseau Raoul, Le Pôle, Fracama, RIF, Zic-Zac…) téléchargeable sur le site du CNAR Culture-Opale (cf. http://www.culture-proximite.org/rubrique.php3?id_rubrique=74).

Ainsi, les données produites seront interopérables avec d’autres organisations et opérateurs.

Par ailleurs, afin de faciliter le travail des compagnies et leurs relations aux partenaires publics, nous souhaitons développer des coopérations afin de pouvoir remplir aisément des questionnaires émis par ceux-ci (par ex. votre région souhaite connaitre des informations sur les compagnies qu’elle soutient : grâce à un partenariat chacune des compagnies participant à l’observation pourra réutiliser les données déjà fournies dans l’Observatoire et ainsi remplir votre questionnaire en quelques minutes, sans charge de travail supplémentaire).

3.2. Des utilisations diverses de l'Observatoire

Cet observatoire va également permettre de vous proposer d'autres applications :

  • un Annuaire du Cirque, qui reprendra l'ensemble des bases contacts de l’Observatoire. Ainsi, l’utilisation de cet outil mutualisé permettra d'utiliser notre base contact pour que les compagnies puissent l'utiliser pour leurs outils de diffusion, pour rechercher une compagnie sur un territoire pour développer des partenariats ou un prestataire technique ;
  • un portail permettant de présenter les compagnies et les spectacles et vos compagnies : grâce au remplissage d’un formulaire simple, les compagnies pourront bénéficier très rapidement d’un outil de communication efficace et développer leur  visibilité. A terme, nous souhaitons pouvoir proposer aux compagnies d'annoncer leurs dates et ainsi de proposer un outil complet.
  • un portail pour recenser les espaces chapiteaux : volonté historique des compagnies itinérantes, la réalisation d’un recensement des espaces chapiteaux permettra de mieux suivre l’évolution de ces espaces de diffusion et de mieux les promouvoir.

3.3. Développement de l’Observatoire

D’ores et déjà le site du Syndicat du Cirque de Création et les nombreux outils qu’il propose (informations professionnelles, centre de ressources, site d’annonces, analyses et études…) a un véritable impact sur les territoires.

La carte présentée ici montre les 547 villes ayant généré des visites en 2010 (au total plus de 20.000 visiteurs en 2010).

L’Observatoire veut confirmer cette implication territoriale.

Dans sa première phase (2010-2012), les entreprises concernées directement par l’Observation Participative et Partagée seront les entreprises adhérentes du SCC ; puis nous ouvrirons cet outil aux membres des réseaux partenaires et aux partenaires publics  qui s’engageront à nos côtés.

Dans sa seconde phase (2013-2014), nous souhaitons que cet outil partipe activement de la structuration du secteur et travaillerons à améliorer l’outil afin qu’il réponde aux besoins de l’ensemble des partenaires et qu’il soit ouvert à un maximum d’entreprises de cirque.

Les développements de cette seconde phase seront fonctions des engagements pris lors de la période 2011-2012 et des capacités mises en œuvre.

4. De l’Observation à l’accompagnement

4.1. Le Bilan automatique personnalisé

L’objectif à moyen terme est de mettre en place un processus permanent de suivi des adhérents permettant de les accompagner dans leur structuration. A l’aide d'un Bilan automatique personnalisé, accessible en permanence sur le site, les adhérents pourront situer leur évolution, se situer par rapport aux autres adhérents, au niveau régional comme par rapport à l’ensemble de leur secteur grâce à la production d’analyses comparatives avec les données disponibles au niveau national.

Cet outil est actuellement en cours de réalisation.

4.2. Lancement du projet : le tour de France

Le projet d’OPP du syndicat sera initié dans le cadre d’un tour de France du Délégué général du syndicat, qui ira rencontrer chaque adhérent qui en accepte le principe.

Le tour de France a pour but de rencontrer les adhérents dans leur cadre habituel (in situ) à un moment déterminé d’un commun accord, en dehors des périodes de festivals ou les périodes d’exploitation intensives de spectacles. Il s’agira également dans la mesure du possible d’organiser une  rencontre avec l’ensemble du personnel  « régulier » : artistes, techniciens et administratifs, au minimum lors de la première demi-journée pour permettre de faire un point collectif, même si le reste du séjour pourra être organisé avec des personnels spécifiques. En effet, il s’agit de créer une dynamique collective autour du projet et , autant que faire ce peut, de créer une occasion pour des équipes souvent dispersées de réfléchir ensemble au projet artistique et entreprenarial dans lequel ils sont investis. 

Le tour de France pourra également être associé à des rencontres avec des compagnies non adhérentes invitées par les adhérents, ainsi qu’à des ateliers de formation et/ou de discussions sur un certain nombre de sujets.

[ci-contre : carte des Adhérents du SCC au 1er novembre 2010]

 

Organisation d’une visite-type du tour de France

Chaque visite du DG chez un adhérent durera en principe trois jours. Elle nécessite une préparation en amont avec l’adhérent, et notamment concernant les documents à préparer par elle pour la rencontre.

De manière indicative, la rencontre pourrait se dérouler selon les grandes lignes suivantes :

  • JOUR 1 : se rencontrer

Le premier jour a pour but de rassembler dans la mesure du possible l’ensemble de l’équipe d’une compagnie, quelques soient leurs fonctions et d’initier une dynamique de groupe autour des problématiques d’observation.

La journée pourra être organisée à partir des éléments suivants :

Matin : tour de table et visite des locaux

Après un tour de table des participants, le DG explique brièvement l’objectif de sa visite et le déroulement de la rencontre. Chacun est invité à commenter sur ce déroulé et à exprimer ses attentes par rapport au travail collectif. Un tour des lieux est ensuite organisé, chaque participant présente son environnement de travail. 

Après-midi :

Il s’agit d’organiser une discussion créative en groupe autour de la signification de certaines notions couramment utilisée par la profession, telle que : la production, la diffusion, l’exploitation, la création. Le but est d’animer une discussion à partir des perspectives différentes des participants, notamment en fonction de leur posture professionnelle. Ainsi les mots n’ont pas forcement le même sens et les mêmes implications qu’on soit administrateur, directeur artistique, artiste de cirque, technicien, etc.

Cet exercice permettra également l’émergence des réalités concrètes de chacun sur le terrain, qui alimentera la suite de la rencontre. Les questions et problématiques qui émergeront ainsi permettront la discussion du groupe dans un cadre qui laisse la place à l’expression de chacun.

 

  • JOUR 2 : s’observer

La deuxième journée sera consacrée à la production collective des données à l’aide de la grille d’entretien et du logiciel de traitement. Cette journée rassemblera le DG, l’administrateur et/ou le directeur artistique de la compagnie

La journée pourra être organisée à partir des éléments suivants :

Matin : observations générales

La matinée rassemblera le DG, l’administrateur et/ou le directeur artistique de la compagnie

Après une présentation de l’outil informatique choisi pour la collecte des données, les participants rempliront ensemble les parties générales du questionnaire.

Après-midi : observations spécifiques

L’après-midi sera consacrée au dernier spectacle ou la création précédente, en fonction de l’avancement de la création en cours. Cette cession a pour but, au-delà de la collecte des données, l’amélioration de la gestion et de la structuration administrative des créations de la compagnie.

 

  • JOUR 3 : se former

La troisième journée a pour but de discuter et réfléchir ensemble à la parole collective dans le cadre du syndicat. Il s’agit pour tous d’apprendre collectivement sur le secteur, en particulier dans le cadre spécifique de l’adhérent concerné. Suivant le souhait de l’adhérent, les autres compagnies avec lesquelles des liens existent sur le territoire pourront être conviées à tout ou partie de la journée. En tout état de cause, elle s’adresse à l’ensemble des membres de la compagnie.

Matin : Ateliers de formation et/ou de discussion

Ces ateliers seront animés par le DG du syndicat. Les sujets, qui devront être discutés en amont avec les dirigeants de la compagnie en fonction de ses besoins, pourront porter sur :

  • Les conventions collectives
  • La fiscalité des entreprises culturelles
  • Le syndicalisme, les réseaux et discussion politique
  • La refonte de la Charte « Droit de cité pour le cirque »
  • L’accueil des chapiteaux
  • La formation professionnelle
  • La sécurité
  • La création
  • Etc.

Après-midi : réflexion sur l’action collective

Cette session a pour but de discuter ensemble sur l’actualité du secteur cirque de création et les actions du syndicat dans ce contexte. Conçue d’une manière flexible, elle peut s’orienter à la fois sur une foire aux questions ou encore sur une évaluation des attentes des compagnies vis-à-vis de leur syndicat.

5. Les partenaires

Vous êtes une organisation professionnelle, une collectivité, une association intéressée pour participer à la construction, au développement et à la promotion de cet observatoire ? Contactez-nous.